Tennis

 | Livefoot  | Rugby  | Basket  | LiveSport  | Mercato  | Actu
LIVETENNIS.fr
jeudi 22 septembre 2016
14:43 - La France débutera sa campagne 2017 au Japon - EUROSPORT.FR
COUPE DAVIS - Le tirage au sort de l'édition 2017 de la Coupe Davis a eu lieu cet après-midi. L'équipe de France, demi-finaliste cette année, entamera sa campagne par un long déplacement au Japon, du 3 au 5 février, juste après l'Open d'Australie.

lundi 12 septembre 2016
11:45 - Baromètre de l'US Open: sale temps pour les N.1 mondiaux, Wawrinka et Kerber foudroyants - FRANCE24.COM

Sale temps pour les N.1 mondiaux à Flushing Meadows: le tenant du titre Novak Djokovic a une nouvelle fois subi la loi de Stan Wawrinka, en finale de l'US Open, tandis que l'ère Serena Williams a pris fin à New-York devant l'Allemande Angelique Kerber.

. Stan Wawrinka: au zénith

Le Suisse aime les matchs à enjeux: à 31 ans, il disputait sa troisième finale d'un Grand Chelem. Et comme à l'Open d'Australie 2014 et Roland-Garros 2015, il n'a pas craqué. Le N.3 mondial, plus réaliste, a écoeuré Djokovic qui, de son propre aveu, a pris "une petit leçon": "Il fait partie des tout meilleurs, c'est clair", a admiré "Djoko".

. Novak Djokovic: ciel de traîne

Alors qu'il avait remporté les deux premiers tournois du Grand Chelem de l'année, le Serbe finit 2016 sur deux déceptions majeures: une élimination au 3e tour de Wimbledon et une finale perdue à l'US Open. A Londres, il était perturbé par des problèmes personnels. Gêné en août par son poignet gauche, avec une sortie au premier tour aux JO de Rio, il a longtemps hésité à s'aligner à New York. Au bout du compte, "deux titres et une finale, le bilan en Grand Chelem (de 2016) reste positif", a-t-il estimé.

. Andy Murray: nuageux

L'Ecossais a payé le prix fort à New York pour sa débauche d'énergie estivale: vainqueur à Wimbledon en juillet, champion olympique à Rio en août, le N.2 mondial a été éliminé en quarts de finale à "Flushing" et a laissé passer une chance peut-être unique d'inquiéter Djokovic, guère serein.

. Rafael Nadal: mitigé

"Rafa" est tombé dès les 8es de finale et n'a donc pas atteint les quarts de finale en Grand Chelem en 2016, une première depuis douze ans. Mais le Majorquin, sacré champion olympique de double quelques semaines plus tôt, reste optimiste: débarrassé de son problème à un poignet, il se sent prêt à finir la saison en boulet de canon.

. Juan Martin del Potro: ciel étoilé

Absent lors des deux dernières éditions de l'US Open, à cause de ses blessures à répétition à un poignet, le géant argentin, vainqueur à New York en 2009, s'est hissé en quarts de finale, trois semaines après avoir ramené une médaille d'argent de Rio. "Mon tennis est proche du niveau où je veux qu'il soit, mais je ne suis pas encore au niveau physique des autres", a constaté celui qui est passé en deux semaines du 142e au 63e rang mondial.

. Serena Williams: brouillard

Pour la deuxième année consécutive, l'Américaine a mordu la poussière en demi-finales de "son" tournoi. Elle a également perdu sa première place mondiale et l'occasion de battre quelques records de plus, comme ceux du nombre de semaines consécutives en tête du classement WTA (186) et du nombre de sacres en Grand Chelem (22) qu'elle co-détient avec Steffi Graf. Avec deux titres, dont "seulement" un en Grand Chelem (Wimbledon), l'exercice 2016 est décevant pour la reine Serena qui aura 35 ans le 26 septembre.

. Angelique Kerber: soleil resplendissant

L'Allemande a terminé la saison en Grand Chelem comme elle l'a commencée, sur un titre, avec en prime la première place au classement mondial. A 28 ans, elle a mis fin à la disette du tennis allemand qui attendait depuis 1999 sa nouvelle Steffi Graf, même si elle n'a ni le tennis, ni les ambitions de son illustre aînée.

. Karolina Pliskova: arc-en-ciel

La Tchèque a réalisé un mois d'août de toute beauté: elle s'est imposée à Cincinnati (Etats-Unis, le titre le plus important de sa carrière). Elle a ensuite disputé sa première finale en Grand Chelem et peut se targuer d'avoir épinglé à son tableau de chasse cette saison la N.1 mondiale (Serena Williams à Flushing Meadows), sa dauphine (Kerber à Cincinnati), la N.3 au classement WTA (l'Espagnole Garbine Muguruza à Cincinnati), sans oublier Venus Williams (à l'US Open). Résultat, elle a bondi à 24 ans à la 6e place mondiale, son meilleur classement.

. Les nouveaux mousquetaires: alternance soleil/nuages

Pour la première fois dans l'ère Open, trois Français ont atteint les quarts de finale d'un rendez-vous majeur, mais le bilan de ces "nouveaux mousquetaires" est au final mitigé. Le grand espoir Lucas Pouille, déjà quart-de-finaliste à Wimbledon, a fait chuter Nadal en 8es et confirmé qu'il pouvait rapidement prétendre au top 10 mondial, à seulement 22 ans. Il a intégré lundi le top 20 au 18e rang, son meilleur classement en carrière. Jo-Wilfried Tsonga a une nouvelle fois été stoppé par une blessure. Paradoxalement, la plus grande déception est venue de Gaël Monfils: après avoir donné l'impression d'avoir mûri, il a buté en demi-finales, pour la treizième fois en autant de tentatives, sur Djokovic, non sans adopter une improbable et très critiquée stratégie qui a peut-être dilapidé tout le crédit qu'il avait accumulé en 2016.



04:01 - Wawrinka, c'est un Grand Chelem par an. L'Open d'Australie 2014, Rolan - TENNISTEMPLE.COM
...

02:07 - Et maintenant, il est le roi de New York ! - EUROSPORT.FR
US OPEN 2016 - Stan Wawrinka a franchi un pas de plus dans le gotha. Après l'Open d'Australie et Roland-Garros, le Suisse a ajouté l'US Open à son palmarès en battant dimanche en finale Novak Djokovic en quatre manches (6-7, 6-4, 7-5, 6-3). Après une entame difficile, Wawrinka a irrésisitiblement pris le dessus sur le numéro un mondial.

dimanche 11 septembre 2016
21:45 - Djokovic - Wawrinka EN DIRECT - EUROSPORT.FR
US OPEN - Vainqueur de l'Open d'Australie et de Roland-Garros, Novak Djokovic va tenter de remporter son troisième tournoi du Grand Chelem cette saison face à Stan Wawrinka.

21:45 - Wawrinka - Djokovic EN DIRECT - EUROSPORT.FR
US OPEN - Vainqueur de l'Open d'Australie et de Roland-Garros, Novak Djokovic va tenter de remporter son troisième tournoi du Grand Chelem cette saison face à Stan Wawrinka.

12:45 - US Open: Kerber, dans l'ombre de Graf - FRANCE24.COM

Dix-sept ans après la fin de l'ère Steffi Graf, une Allemande règne à nouveau sur le tennis féminin: à 28 ans, Angelique Kerber a remporté samedi l'US Open et va faire lundi ses débuts officiels au sommet du classement mondial, bien consciente qu'elle ne pourra jamais rivaliser avec son illustre aînée.

Dans la flopée des SMS de félicitations qu'elle a reçus après avoir terrassé la Tchèque Karolina Pliskova (6-3, 4-6, 6-4) en finale, l'un était signé d'un simple "Steffi".

La Steffi en question dispose d'un des plus beaux palmarès de l'histoire du tennis avec ses 107 titres, dont 22 en Grand Chelem, entre 1982 et 1999 ou encore ses 307 semaines en tête du classement mondial.

C'est vers elle que Kerber s'était tournée au printemps dernier lorsqu'elle a connu une phase de doute après la conquête de son premier titre majeur, l'Open d'Australie, en janvier. Graf l'a accueillie à Las Vegas, où elle vit avec son mari, Andre Agassi, et elle l'a remise sur les rails après quelques discussions.

"Cela a toujours été mon idole, elle l'est toujours, je lui ai dit plusieurs fois, c'est une championne modèle", insiste Kerber.

- 'Ma propre histoire' -

"Elle a fait tant de choses pour le tennis en Allemagne. Mais il est important que j'écrive ma propre histoire", martèle-t-elle aussitôt, comme si elle voulait balayer les inévitables comparaisons.

Comme Graf, Kerber, née à Brême dans une famille d'immigrés polonais, a commencé le tennis sous la direction de son père, mais la comparaison s'arrête là.

A la différence de celle qui est considérée comme la meilleure joueuse du XXe siècle, Kerber n'était pas une prodige et s'est vite soustraite, à 17 ans, à l'omniprésence et à l'intransigeance de Slawomir, son père, ancien honnête joueur de tennis en Pologne devenu homme d'entretien d'un complexe sportif de Kiel, où la petite Angelique a frappé ses premières balles à 3 ans.

Quand Graf, surveillée de près par son père Peter, a fait ses débuts à 13 ans sur le circuit WTA, atteint le dernier carré de l'US Open 1985 à 16 ans et remporté l'année suivante son premier titre, Kerber a progressé petit à petit dans la hiérarchie mondiale.

En 2011, elle se fait un nom lorsqu'elle atteint le dernier carré de l'US Open, déjà, à la surprise générale, alors qu'elle n'avait jamais dépassé le 3e tour en Grand Chelem et qu'elle pointait au 92e rang mondial en début de tournoi.

"J'ai connu des hauts et des bas dans ma carrière, ce qui m'arrive maintenant arrive au bon moment, je n'étais pas du tout prête avant", reconnaît-elle volontiers.

- Attitude négative -

Elle a longtemps traîné la réputation d'une joueuse caractérielle, contestant trop souvent les décisions arbitrales, à la limite du fair-play avec ses adversaires.

"A cause de cette attitude négative, j'ai perdu beaucoup de matches, je restais focalisée sur un point perdu pendant longtemps, j'ai beaucoup travaillé sur cela", admet-elle.

Sous la direction de Torben Beltz, son entraîneur depuis qu'elle est sur le circuit, à l'exception de quelques mois en 2014 où ils ont chacun voulu "voir autre chose", elle explose en 2012 en remportant ses premiers titres et entrant dans le top 5.

Fin 2015, alors qu'elle vient de réaliser sa meilleure saison (quatre titres), elle veut réussir, enfin, en Grand Chelem et décide de travailler sa condition physique comme jamais et de développer un tennis plus offensif.

Résultat, elle surprend Serena Williams en finale à Melbourne, atteint la finale de Wimbledon, où l'Américaine prend sa revanche, avant de triompher à "Flushing" et de déloger la "reine Serena" de la première place mondiale qu'elle occupait depuis 186 semaines, record d'une certaine Steffi Graf égalé.

"J'ai toujours voulu gagner un titre majeur et j'en ai maintenant deux, personne ne pourra me les enlever", sourit-elle, impatiente d'amener son nouveau trophée à Puszczykowo, en Pologne, où vit sa grand-mère.

"Pareil pour la première place mondiale, quoi qu'il arrive d'ici la fin de l'année, j'ai été N.1, c'était mon rêve", insiste "Angie".



samedi 10 septembre 2016
19:48 - US Open (DH) - Jamie Murray et Bruno Soares encore sacrés en double après l'Open d'Australie - LEQUIPE.FR
Sacrés à Melbourne en janvier, Jamie Murray et Bruno Soares ont...

12:25 - US Open: Gaël Monfils a tenté, il a coulé - FRANCE24.COM

Gaël Monfils a appliqué une étonnante stratégie pour tenter de battre Novak Djokovic vendredi en demi-finales de l'US Open, en se montrant outrageusement nonchalant pour énerver et perturber le N.1 mondial. Résultat, une élimination sans gloire qui lui a valu des huées du public et des critiques d'illustres anciens.

Après un catastrophique début de match où il a perdu les cinq premiers jeux en quinze minutes, Monfils a fait un signe vers la loge du Arthur Ashe Stadium où avait pris place son entraîneur Mikael Tillström.

"On avait convenu avant le match d'un signal qui voudrait dire +Ok, je passe au plan B+. Les fois où j'ai inquiété Novak, c'est en jouant comme ça", a-t-il expliqué.

"La Monf" a alors tenté de perturber le meilleur joueur du monde et tenant du titre en changeant complétement de tactique, avec des échanges sans rythme, en montant à contre-temps ou en avançant exagérément sur les service de "Djoko".

Son attitude aussi a changé: il est devenu désinvolte comme s'il ne croyait plus en ses chances.

"J'ai essayé de le faire disjoncter, qu'est ce qu'il fallait que je fasse? Continuer à jouer de la même façon et perdre ce set 6-0?", a dû se défendre le nouveau N.1 français.

- McEnroe et Leconte énervés -

"Cela a marché, j'ai gagné des jeux, je trouve que c'est courageux ce que j'ai fait, ce n'est peut-être pas académique, mais j'ai tenté quelque chose, il n'y a pas qu'une seule façon de jouer au tennis", a-t-il martelé, avant de clamer, haut et fort, sa "différence".

C'est peu dire que le public et les observateurs, l'ancienne grande gueule du tennis américain John McEnroe en tête, n'ont guère goûté la stratégie employée par Monfils.

Il a été hué au début du troisième set après avoir perdu d'entrée son service tandis que McEnroe s'est emporté en direct sur la chaîne de télévision ESPN contre "son manque de professionnalisme".

Henri Leconte, reconverti lui-aussi en consultant TV pour Eurosport, était après coup "énervé": "Etre en demi-finale de Grand Chelem et faire cela, c?est étonnant, effarant même. Mais c?est du Gaël".

"On voit que Novak est plus fort que Gaël, mais Gaël gâche son potentiel et il va s?en mordre les doigts. Un jour, il va se réveiller et il va se dire: +Pourquoi j?ai fait ça?+ Il a été plus constant cette année, mais aujourd?hui le naturel est revenu au galop", a regretté l'ancien N.5 mondial, finaliste à Roland-Garros en 1988.

- 'John, je veux être le meilleur' -

Malgré cette controverse, malgré cette défaite en quatre sets 6-3, 6-2, 3-6, 6-2 et malgré ce nouvel échec en demi-finales d'un Grand Chelem, après Roland Garros 2008, Monfils veut rester optimiste.

Il sera lundi 8e mondial, tout près de son meilleur classement ATP (7e le 4 juillet 2011), et il est bien parti pour décrocher son billet pour le Masters de Londres en fin de saison, ce qui serait une première dans sa carrière.

Et plus important encore, à ses yeux, il sait "ce sur quoi (il) doit travailler pour battre un jour Novak".

"Bien sûr qu?on est déçu après cette défaite, mais si l?on regarde les choses plus globalement et ce qu?il a réussi à faire depuis son retour sur les courts après son virus (qui l'a privé de Roland-Garros), on est sur la bonne voie", a insisté Tillström.

A tout juste 30 ans, Monfils réalise en effet la meilleure saison de sa carrière avec une demi-finale (US Open) et un quart de finale (Open d'Australie) en Grand Chelem, un titre dans un ATP 500 (Washington) et deux autres finales (Rotterdam, Monte-Carlo). Mais Yannick Noah reste le dernier Français à avoir inscrit son nom au palmarès d'un Grand Chelem. C'était en 1983 à Roland-Garros.

"Je continue d'apprendre, j'avance, bien sûr j'ai perdu, mais j'essaie des choses, je travaille d'arrache pied", a assuré Monfils.

"John, je veux être le meilleur. C'est dur, tu sais, mais je fais tout pour", a-t-il lancé dans un sourire à McEnroe.



mercredi 07 septembre 2016
12:45 - US Open: Monfils assure plus que le spectacle - FRANCE24.COM

Habitué des coups d'éclat souvent sans lendemain et régulièrement miné par les doutes et les blessures jusque-là, Gaël Monfils, qui va défier Novak Djokovic vendredi en demi-finales de l'US Open, vit à 30 ans sa saison la plus aboutie.

Ne dites surtout pas à Monfils qu'il a changé ou qu'il est devenu plus sérieux, il risquerait de perdre son éternel sourire. La mésaventure est arrivée à quelques journalistes américains après la démonstration du N.2 français en quarts de finale mardi face à son jeune compatriote Lucas Pouille (6-4, 6-3, 6-3).

"C'est marrant, mais maintenant que je gagne plus de matches, c'est plus dur pour certaines personnes de dire que je ne suis qu'un showman", a grimacé le Parisien, très apprécié du public de Flushing Meadows pour ses coups spectaculaires et imprévisibles.

Il a beau s'en défendre, Monfils a changé : il est devenu plus sérieux peut-être dans son style de vie, plus constant surtout dans ses résultats et, plus important à ses yeux, "plus fort encore physiquement".

"Je comprends mieux beaucoup plus de choses, comment je réagis, ce que j'aime bien faire, ce que je n'aime pas faire, ce que je dois plus faire", admet celui qui est souvent considéré comme le meilleur athlète du circuit.

- 'Je me sens bien' -

"Je me sens bien", répète-t-il simplement alors qu'on le presse d'expliquer cette nouvelle maturité qui lui a permis d'atteindre les quarts de finale de l'Open d'Australie en janvier, la finale du Masters 1000 de Monte-Carlo en avril et de réaliser un très bel été, malgré un mois de juin pourri par des pépins et un virus.

Depuis le début de la tournée américaine en juillet, il a remporté le tournoi de Washington, son sixième titre, de loin le plus important de sa carrière, atteint le dernier carré à Toronto et bousculé jusqu'au bout le Japonais Kei Nishikori en quarts de finale du tournoi olympique de Rio.

Mieux, à l'US Open, il n'a pas encore perdu le moindre set et fait des ravages (49 aces, 37% de services gagnants) avec son service, dont il a modifié le geste, en écartant notamment ses pieds, durant l'été.

"Le tournoi n'est pas fini", balaie-t-il, toujours très réticent à se lancer dans des grandes analyses.

Mikael Tillström, son entraîneur depuis l'automne 2015, livre peut-être une des clés de cette constance inédite : "Gaël a fait ce qu'il avait à faire en termes d'investissement cette année, il est là tous les jours et fait ce qu'il doit faire".

- Médecine chinoise -

"Quand Gaël joue son meilleur tennis, il n'y a pas un joueur qui n'ait pas peur de lui, mais il a compris que l'important était de gagner des matches, pas de jouer son meilleur tennis", note l'ancien joueur professionnel suédois.

Monfils, qui a travaillé par le passé avec Thierry Champion, Roger Rasheed ou même voyagé sur le circuit sans entraîneur, a trouvé un coach dont le discours lui parle : "Ce qu'on fait, on le fait bien, ce qu'il me dit, je le comprends bien", résume "La Monf".

Un autre homme a un rôle crucial dans la petite équipe qu'il a formée autour de lui : Gaëtan Olivier, préparateur physique formé à la médecine chinoise. "Un super gars", insiste le 12e joueur mondial. "Il amène énormément d'énergie, il me pousse à m'améliorer physiquement, on a beaucoup travaillé et ça marche : je suis solide du fond du court, je n'ai pas de pépin physique."

Enfin, pour ceux qui en douteraient encore, le tennis reste un jeu pour Monfils, comme il l'a prouvé jeudi dernier à l'occasion de son trentième anniversaire, fêté sous une pluie battante en improvisant une sorte de pétanque sur un court d'entraînement.

"Il est important dans notre travail ensemble de prendre du plaisir, car le plaisir vous donne de l'énergie", confirme Tillström.



00:05 - US Open: Monfils éteint Pouille, Tsonga défie Djokovic - FRANCE24.COM

Gaël Monfils n'a pas fait de détails face à Lucas Pouille en quarts de finale de l'US Open (6-4, 6-3, 6-3) mardi, tandis que le troisième mousquetaire français de Flushing Meadows Jo-Wilfried Tsonga va tenter de le rejoindre en défiant le N.1 mondial Novak Djokovic.

Deux jours après son retentissant exploit contre Rafael Nadal et après trois matches de suites en cinq sets, Pouille n'avait plus les armes pour inquiéter son aîné qui, à 30 ans, n'a peut-être jamais été aussi fort.

Même l'interruption d'une vingtaine de minutes pendant la deuxième manche pour permettre la fermeture du toit rétractable du Arthur Ashe Stadium pour protéger les joueurs de la pluie, n'a pas permis au grand espoir du tennis français de reprendre ses esprits.

Dominé par la puissance de Monfils, visiblement fatigué, Pouille, 25e mondial à 22 ans, n'a pas eu le culot qui lui avait permis de faire craquer dimanche l'ancien N.1 mondial Rafael Nadal 6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-6 (8/6).

Le Nordiste a commis trop de fautes directes (44) alors que Monfils s'est montré d'une sérénité à toute épreuve (34 coups gagnants), notamment au service (13 aces, 63% de première balles).

Il disputera la deuxième demi-finale de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem, après Roland Garros en 2008.

- Pas le moindre set perdu -

Son adversaire vendredi sera soit Djokovic, soit Tsonga, le troisième Français en lice en quarts de finale --une première dans l'histoire des tournois du Grand Chelem depuis 1947-- qui s'expliqueront mardi en fin de soirée à New York.

"Je savais ce que j'avais à faire, la fermeture du toit a été une bonne chose pour moi, j'avais un break d'avance et les conditions de jeu me convenaient encore plus après", a remarqué le Parisien qui n'a toujours pas perdu le moindre set en cinq matches depuis son arrivée à Flushing Meadows.

Autre bonne nouvelle pour le tennis français, la qualification pour les demi-finales du tournoi de double dames de Caroline Garcia et Kristina Mladenovic. Elles ont disposé en deux manches 7-6 (7/3), 6-1 de l'Indienne Sania Mirza et de la Tchèque Barbora Strycova.

Dans le tournoi féminin, la N.2 mondiale Angelique Kerber a décroché son billet pour le dernier carré de l'US Open face à l'Italienne Roberta Vinci 7-5, 6-0.

Elle a montré deux visages: elle a d'abord été laborieuse, avant de balayer la 8e joueuse mondiale.

Dans le premier set, c'est Vinci, finaliste malheureuse de l'édition 2015, qui a trouvé l'ouverture la première en prenant le service de son adversaire pour mener 5-4, mais elle n'a pas réussi à concrétiser.

- Kerber sans pitié -

Kerber, 28 ans, a aussitôt égalisé et haussé son niveau pour empocher la première manche. Elle a ensuite complétement dominé les débats ne laissant plus que cinq petits points à Vinci sur son service.

"C'est toujours difficile de jouer contre Roberta, surtout ici où elle a atteint la finale l'an dernier, j'ai fait beaucoup d'erreurs dans le premier set", a déclaré l'Allemande.

"Je suis très contente de m'être imposée en deux sets, c'est important à mes yeux", a souligné la lauréate de l'Open d'Australie qui sera opposée au prochain tour soit à la Danoise Caroline Wozniacki, 74e mondiale, soit à la Lettone Anastasija Sevastova, 48e mondiale.

Depuis sa défaite en demi-finales de l'édition 2011 contre l'Australienne Samantha Stosur, elle n'avait plus dépassé les 8e de finale du tournoi new-yorkais.

En 2016, elle a disputé deux des trois finales des tournois du Grand Chelem, à chaque fois contre la N.1 mondiale Serena Williams, s'imposant à Melbourne face à l'Américaine mais s'inclinant à Wimbledon en juillet.

Si elle remporte le titre samedi, Kerber délogera Williams de la première place au classement WTA qu'elle occupe sans discontinuité depuis février 2013.

"Je me concentre juste sur mon prochain match, j'essaie de rester dans le moment présent", a-t-elle insisté.

Williams affrontera en quarts de finale mercredi la Roumaine Simona Halep, 5e mondiale. Le dernier quart de finale opposera la Tchèque Kristina Pliskova à la Croate Ana Konjuh.



mardi 06 septembre 2016
18:10 - Vinci - Kerber EN DIRECT - EUROSPORT.FR
US OPEN 2016 - Belle rencontre en perspective entre la finaliste de l'édition 2015, Roberta Vinci, et la gagnante de l'Open d'Australie 2016, Angélique Kerber.

11:25 - US Open: le jour de gloire des nouveaux mousquetaires ? - FRANCE24.COM

Le tennis français espère continuer à réécrire son histoire mardi à Flushing Meadows grâce à Lucas Pouille, Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga: au moins l'un des trois accédera au dernier carré de l'US Open 2016 sous le charme de ces "nouveaux mousquetaires".

Pour la première fois depuis le début de l'ère professionnelle, en 1968, et depuis 1947, trois Français sont au programme des quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem (Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon, US Open).

Et comme Pouille, auteur d'un exploit magistral dimanche face à l'ancien N.1 mondial Rafael Nadal, affronte Monfils, l'un des deux décrochera donc son billet pour les demi-finales, comme Richard Gasquet en 2013, le dernier Bleu demi-finaliste à New York.

Le plus jeune et moins connu des Français, Pouille, est celui qui a frappé le plus les esprits avec son culot face à Nadal qu'il a fait craquer en cinq sets.

"C'est l'un des matches les plus enthousiasmants que j'ai vu lors des 60 dernières années", s'est ainsi enflammé Nick Bolletieri, entraîneur de légende du tennis américain.

- La constance de Monfils -

Pouille ne veut pas s'arrêter là et rêve à 22 ans de disputer sa première demi-finale d'un Grand Chelem.

Il lui faudra mardi, pas avant 13h00 locales (19h00 françaises) battre Monfils, le Français en forme du moment avec son titre à Washington et sa demi-finale à Toronto en juillet.

"C'est top de se retrouver à trois en demi-finale, il faut essayer qu'il y en ait un en finale, j'espère que ça sera moi...", a souri Pouille, 25e mondial.

Mais "La Monf", 30 ans depuis quelques jours, a trouvé en 2016 la constance dans ses résultats et sa forme qui lui avait toujours manqué jusque là.

Depuis son arrivée à New York, le 12e mondial n'a pas perdu le moindre set et aborde son troisième quart de finale à l'US Open en confiance.

"Je me sens bien", a-t-il simplement expliqué, préférant évoquer son prochain adversaire qu'il a battu lors de leur seule confrontation, au 1er tour de l'Open d'Australie 2015, autant dire à une autre époque tant Pouille a explosé depuis.

- 'J'adore Lucas' -

"J?adore Lucas. J?ai beaucoup d?admiration pour lui, l?attitude qu?il a, il n?a pas peur, au contraire quand il y a de l?ambiance, il joue encore mieux. Au même âge il est plus fort que moi, beaucoup plus fort, plus mûr", a rappelé le Parisien.

Le vainqueur de ce duel 100% français pourrait retrouver un autre Français, Tsonga, pour une place en finale.

Mais le N.1 tricolore devra dominer l'ogre Novak Djokovic, dans le dernier match de la session nocturne de mardi.

Face à "Djoko", Tsonga affiche un bilan de six victoires contre quinze défaites et ne l'a battu qu'une fois, au Masters 1000 de Toronto en 2014, lors de leurs douze derniers duels.

Mais le Serbe a perdu de sa superbe cet été après son élimination au 3e tour de Wimbledon et une blessure à un poignet qui a empoisonné ses JO-2016.

"Malgré le fait qu?il ne soit pas forcément au top, il gagne énormément. Pour ces gars là, ce qui compte c?est les grands tournois. Il en a gagné deux sur trois (en 2016), je crois qu?on peut toujours compter sur lui", note Tsonga.

"Quelque part je me réjouis de jouer Djoko en quart de finale. Ca veut dire que je ne l?aurais pas sur les autres tours et en général il est redoutable sur les demi et les finales. Plus tôt je le joue, mieux c?est", espère "JWT" qui, comme Monfils, disputera son troisième quart de l'US Open et n'y a jamais atteint le dernier carré.



lundi 05 septembre 2016
11:45 - US Open: Lucas Pouille, itinéraire d'un prodige très pressé - FRANCE24.COM

En quelques mois, Lucas Pouille est devenu un joueur redouté sur le circuit mondial, comme l'Espagnol Rafael Nadal (N.5) battu en cinq sets - 6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-6 (8/6)- a pu le constater dimanche en 8e de finale de l'US Open.

Mardi, il disputera à 22 ans contre un autre Français, Gaël Monfils, son deuxième quart de finale d'un tournoi du Grand Chelem en moins de deux mois, après Wimbledon, alors qu'il pointait au-delà du 100e rang mondial en avril 2015: retour sur l'itinéraire d'un grand espoir du tennis français, actuel 25e joueur mondial.

. SES DEBUTS

Le N.4 français est né à Grande-Synthe (Nord), d'un père français et d'une mère finlandaise. Il a débuté le tennis à l'âge de huit ans et a vite été repéré par la Fédération française de tennis qui lui a fait intégrer ses structures d'entraînement. En 2008, il est sacré champion de France de la catégorie des 13-14 ans, mais à la différence des Monfils, Tsonga et bien d'autres avant eux, Pouille ne se fait pas un nom sur le circuit junior.

Son meilleur résultat est un quart de finale de l'Open d'Australie junior en 2011. Il commence alors à travailler avec Emmanuel Planque: il identifie rapidement la talent et plus encore la force de caractère de son élève.

"Il ne me surprend pas dans le sens où j'ai tout de suite senti qu'il était différent quand j'ai commencé à travailler avec lui", rappelle Planque.

"Il est intelligent, j'ai le sentiment qu'il ne fait pas deux fois la même erreur", remarque-t-il.

. SON ARRIVEE SUR LE CIRCUIT

Il faudra attendre la fin de l'année 2014 pour que Pouille se fasse remarquer: de retour d'une blessure à un poignet, il atteint les 8e de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy où il chute face à son idole, le Suisse Roger Federer (6-4,6-4).

A la demande de Planque, Yannick Noah, dernier Français à avoir remporté un titre du Grand Chelem, en 1983 à Roland-Garros, le prend sous son aile, avec le titre officieux de conseiller.

"Manu (Planque) m'a appelé un jour en disant +Viens le voir, ça me ferait plaisir que tu viennes le voir de temps en temps+. Mais je n'ai rien à voir dans cette victoire (contre Nadal)", s'empresse de faire remarquer le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis.

En 2015, Pouille prend ses marques sur le circuit et entre dans le top 100 après avoir atteint le 2e tour du Masters 1000 de Monte-Carlo où il est corrigé par un certain Nadal (6-2, 6-1).

"Il fait son boulot tranquillement. Il y a une forme de sérénité dans leur fonctionnement. C'est très agréable d'être avec lui. Il est surprenant de l'extérieur. Il a une forme de timidité, d'humilité, et dès que tu grattes un peu tu t'aperçois qu'il en veut. Il a les qualités des bons", résume Noah.

. SON DEMENAGEMENT A DUBAI

Depuis le début de l'année 2016, Pouille s'est installé à Dubaï, pour pouvoir bénéficier, entre autres, d'un climat favorable qui attire les cadors comme Federer qui vient s'y préparer en hiver.

"On a tout changé depuis le début de l'année, j'ai mon propre préparateur physique, on travaille différemment, plus et mieux, il m'accompagne partout, ce qui fait que même en tournoi, je continue de bosser ma condition physique, je suis plus fort, mentalement et physiquement", avance-t-il pour expliquer sa montée en puissance.

Conséquence, il enchaîne les premières: sa première victoire contre un joueur du top 10 (David Ferrer) en mars, sa première finale d'un tournoi ATP (Bucarest) en avril, sa première demi-finale d'un Masters 1000 (Rome) en mai, son premier quart de finale en Grand Chelem (Wimbledon) puis sa première sélection en Coupe Davis (en quart de finale contre la République tchèque) en juillet, et enfin son premier exploit contre un membre du "Big Four" dimanche.

. SON AVENIR

Travailleur acharné et homme de caractère, comme l'a prouvé sa récente sortie contre "ceux qui crachent sur le maillot de l'équipe de France", Pouille ne cache pas ses ambitions et rêve d'intégrer le top 10 mondial.

0N adal, après sa défaite, et Novak Djokovic, spectateur de leur duel en attendant son 8e de finale l'ont déjà adoubé: "Il a tout ce qu'il faut pour être dans le top 10", affirme le N.1 mondial.



dimanche 04 septembre 2016
19:45 - US Open: Monfils maîtrise Baghdatis en 8e de finale - FRANCE24.COM

Le N.2 français Gaël Monfils s'est qualifié pour les quarts de finale de l'US Open en dominant le Chypriote Marcos Baghdatis, 44e mondial, 6-3, 6-2, 6-3, dimanche.

Monfils, 30 ans depuis jeudi, sera opposé au prochain tour soit à l'Espagnol Rafael Nafal, 5e mondial et ancien double vainqueur de l'épreuve, soit à un autre Français, Lucas Pouille (N.25).

Il s'agira de son troisième quart de finale à Flushing Meadows après 2010 et 2014, stade de la compétition qu'il n'a jamais dépassé, même s'il s'était offert une balle de match il y a deux ans contre le Suisse Roger Federer avant de s'incliner en cinq sets.

Monfils, vainqueur du tournoi de Washington et demi-finaliste à Toronto en juillet, a rapidement pris l'ascendant face à Baghdatis, prenant le service de son adversaire au sixième jeu dans le premier set et dès le premier jeu dans la manche suivante.

Le troisième set a été plus disputé: Baghdatis a mené 2-0, mais Monfils a égalisé à 2-2 et aussitôt fait le break décisif.

"Il faut toujours produire son meilleur tennis pour battre un joueur comme Marcos", a remarqué "La Monf".

"J'ai bien servi et ce n'est pas facile car il retourne bien, je me suis bien déplacé en fin de court, j'ai globalement bien joué", a remarqué le 12e mondial qui avait atteint les quarts de finale de l'Open d'Australie en janvier.

Sous la direction du Suédois Mikael Tillstrom, son entraîneur depuis fin 2015, Monfils réalise l'une des meilleures saisons de sa carrière et a été présent tout au long de l'année à l'exception de deux mois en mai et juin en raison d'une blessure et un virus qui l'ont privé de Roland-Garros.

Deux autres Français sont en lice dimanche, Pouille contre Nadal et le N.1 français Jo-Wilfried Tsonga opposé au dernier Américain en lice dans le tableau masculin, Jack Sock (N.27).



vendredi 26 août 2016
21:25 - US Open: Djokovic en danger, les Français pas gâtés - FRANCE24.COM

Le N.1 mondial Novak Djokovic, encore diminué par sa blessure à un poignet, a hérité vendredi d'un tableau difficile pour l'US Open qui débute lundi à New York, tout comme les cadors du tennis français.

Pour son entrée en lice à Flushing Meadows, "Djoko" sera opposé au Polonais Jerzy Janowicz, ancien 14e mondial tombé à la 228e place du classement ATP en raison d'une blessure à un genou.

Les choses pourraient rapidement se compliquer pour le Serbe qui vit un été difficile, avec John Isner ou Richard Gasquet en 8e de finale, puis Marin Cilic ou Jo-Wilfried Tsonga en quart de finale.

S'il passe ses obstacles, le double vainqueur de l'US Open (2011, 2015) pourrait retrouver dans le dernier carré Rafael Nadal, en plein renouveau.

Mais, plus encore que le tirage au sort, ce qui inquiète Djokovic, c'est son poignet, qui le tracasse depuis les jeux Olympiques 2016 de Rio.

"Je ne suis pas encore à 100% mais je m'en rapproche, j'ai encore quelques jours devant moi, j'espère que lundi lorsque le tournoi débutera, je serai à 100%", a-t-il confié.

Après une première partie de saison quasiment parfaite, durant laquelle il a notamment dompté -enfin !- la terre battue de Roland Garros, le Serbe a perdu de sa superbe.

Il a été éliminé dès le 3e tour à Wimbledon, s'est relancé en remportant le Masters 1000 de Toronto, avant de chuter dès le 1er tour du tournoi olympique à Rio, puis de déclarer forfait pour le Masters 1000 de Cincinnati.

En l'absence de Roger Federer qui a mis un terme à sa saison pour ménager son genou gauche, l'Ecossais Andy Murray pourrait profiter de la mauvaise passe de Djokovic.

- Williams débute face à Makarova -

Le vainqueur à Wimbledon qui a conservé son titre olympique à Rio, a hérité d'un tableau relativement clément avec pour potentiels adversaires Kei Nishikori et Stan Wawrinka, respectivement en quarts de finale et en demi-finale.

Attention toutefois aux imprévisibles épouvantails Ivo Karlovic et Nick Kyrgios, très en vue en juillet lors de la tournée américaine.

Le N.1 français Jo-Wilfried Tsonga débutera contre un qualifié et devrait retrouver en 8e de finale Cilic, vainqueur de l'US Open 2014 et Masters 1000 de Cincinnati.

Un an après avoir atteint les quarts de finale de l'US Open 2015, Gasquet qui n'a disputé que six matches en un mois, pourrait tomber sur John Isner en 8e de finale.

Vainqueur à Washington et demi-finaliste à Toronto mais touché au dos à Cincinnati, Monfils est dans le quart de tableau dominé par Nadal.

Dans le tableau féminin, la N.1 mondiale Serena Williams qui vise un 23e titre du Grand Chelem débutera sa campagne new-yorkaise face à une adversaire difficile, la Russe Ekaterina Makarova.

Makarova, 36e mondiale, avait atteint le dernier carré de l'US Open en 2014 où elle s'était inclinée face à la cadette des soeurs Williams. Mais elle avait battue l'Américaine en 8e de finale de l'Open d'Australie en 2012.

Elle devra ensuite théoriquement se défaire de Simona Halep en quart de finale, puis d'Agnieszka Radwanska en demi-finale, avant de retrouver, en finale, Angelique Kerber qui peut la déloger de la première place au classement mondial si elle remporte le dernier tournoi du Grand Chelem de l'année.

Le N.1 française Caroline Garcia affrontera sa compatriote Pauline Parmentier au 1er tour et pourrait croiser la route de Radwanska dès le 3e tour.



mercredi 24 août 2016
19:02 - Tennis - ATP - Federer espère être en forme pour l'Open d'Australie - SPORT24


18:33 - Vidéo - Australie - Nadal débutera à Brisbane - LIVETENNIS.FR
Pour la première fois de sa carrière, Rafael Nadal lancera sa prochaine saison au tournoi de Brisbane, en Australie. L'Espagnol espère y préparer au mieux l'Open d'Australie.

09:05 - Tennis: Nadal entamera sa saison en Australie l'année prochaine pour la 1re fois - RTLSPORT.BE


dimanche 14 août 2016
01:25 - JO-2016/Tennis: la surprenante Puig offre à Porto Rico son premier or - FRANCE24.COM

Monica Puig a offert à Porto Rico sa toute première médaille d'or olympique en s'imposant samedi en finale des Jeux de Rio contre l'Allemande Angelique Kerber (6-4, 4-6, 6-1), créant l'une des plus belles sensations de l'histoire du tennis féminin aux JO.

La jeune femme (22 ans, 34e mondiale), dont le seul titre chez les professionnels était jusque-là une victoire au tournoi de Strasbourg en 2014, a dompté la N.2 mondiale en 2 heures et 9 minutes. La Tchèque Petra Kvitova, victorieuse un peu plus tôt de l'Américaine Madison Keys (7-5, 2-6, 6-1), a pris la médaille de bronze.

En état de grâce, trouvant les lignes du court avec son jeu audacieux et tout en puissance, Puig a écoeuré Kerber, pourtant victorieuse de l'Open d'Australie et finaliste de Wimbledon cette saison.

Et l'Allemande, qui a fait appel au kiné à la fin du premier set pour un problème de dos, a perdu pied dans la troisième manche en ratant plusieurs coups à sa portée. Elle s'est finalement inclinée en expédiant une diagonale dans le couloir, après avoir sauvé plusieurs balles de match.

L'air de ne pas y croire, Puig a lâché sa raquette et pris sa tête à deux mains, les larmes aux yeux. Elle s'est accroupie sur le court, avant de saluer le public, où l'on pouvait voir de nombreux drapeaux de Porto Rico.

Jamais aucune femme représentant l'archipel des Caraïbes (3,5 millions d'habitants environ) n'était montée sur un podium olympique. Et jusqu'ici, ce territoire associé aux Etats-Unis, mais farouchement indépendant, n'avait remporté que huit médailles olympiques, dont six en boxe, et aucune en or.

Rien ne laissait présager un tel parcours pour Puig, pas même le fait qu'elle ait appelé son chien "Rio" fin juillet. Jusqu'ici, la Portoricaine n'a jamais dépassé les huitièmes de finale en Grand Chelem, en 2013 à Wimbledon (à 19 ans).

Mais la jeune femme, qui vit à Miami et possède de lointaines racines espagnoles, a pris confiance au fil du tournoi, éliminant les têtes d'affiche une à une: la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (19e), l'Espagnole Garbiñe Muguruza (4e), championne de Roland-Garros, puis Kvitova, double championne de Wimbledon (2011, 2014).

Et Monica Puig a fini par décrocher la plus belle victoire de sa jeune carrière, succédant au palmarès olympique à l'Américaine Serena Williams, titrée en 2012 à Londres.



samedi 13 août 2016
01:05 - JO-2016/Tennis: Kerber rejoint Puig en finale - FRANCE24.COM

L'Allemande Angelique Kerber a rejoint la Portoricaine Monica Puig en finale du simple dames des jeux Olympiques de Rio en dominant l'Américaine Madison Keys, 9e joueuse mondiale, en deux manches 6-3, 7-5 vendredi.

La N.2 mondiale, victorieuse de l'Open d'Australie et finaliste de Wimbledon cette année, sera la grande favorite de cette finale disputée samedi face à Puig, 34e mondiale et révélation du tournoi.

Elle peut devenir la première joueuse allemande à décrocher la médaille d'or olympique depuis Steffi Graf en 1988 à Séoul. Cette dernière avait gagné une autre médaille, en argent, quatre ans plus tard à Barcelone.

Depuis, aucune joueuse allemande n'avait remporté de médaille aux JO.



mardi 09 août 2016
23:16 - JO - Rio : Nadal écarte Seppi et rejoint Gilles Simon - TENNISACTU.NET


vendredi 05 août 2016
19:25 - JO-2016/Tennis: Djokovic en quête du Graal - FRANCE24.COM

Il a déjà (presque) tout gagné... Novak Djokovic tentera de décrocher enfin l'or olympique en simple aux Jeux de Rio (6-14 août pour le tennis) où Andy Murray essaiera de conserver son bien, quatre semaines après avoir conquis un deuxième Wimbledon.

C'est le dernier grand titre manquant au palmarès de Djokovic, qui a remporté les quatre trophées du Grand Chelem, le Masters et la Coupe Davis.

Mais en deux Olympiades, le N.1 mondial n'a gagné jusqu'ici qu'une médaille, en bronze, à Pékin il y a huit ans. Aux Jeux de Londres (2012), il avait perdu le match pour la troisième place contre l'Argentin Juan Martin del Potro... son adversaire au premier tour dimanche.

Le lauréat de l'US Open 2009, ancien N.4 mondial tombé au 145e rang, sort de deux saisons quasi-blanches et ne semble pas en mesure d'inquiéter Djokovic qui exerce une domination presque sans partage sur la planète tennis depuis une saison et demie.

Entre 2015 et 2016, le Serbe a réussi l'immense exploit de remporter les quatre trophées majeurs à la suite. La série s'est arrêtée à Wimbledon, avec une défaite dès le troisième tour.

Depuis, il s'est remis en selle avec une victoire au Masters 1000 du Canada en balayant le Japonais Kei Nishikori en finale. On voit mal qui pourrait l'empêcher d'apporter une médaille dorée à la Serbie, sauf peut-être Murray qui a profité de son faux-pas à Londres pour remporter un deuxième Wimbledon.

Les deux hommes ne se croiseront pas avant la finale à Rio où les forfaits se sont accumulés pour des raisons plus ou moins valables. Blessé à un genou, le Suisse Roger Federer a fait une croix sur les Jeux et le reste de la saison.

Son compatriote Stan Wawrinka, touché au dos, a également renoncé. Deux autres membres du Top 10, le Tchèque Tomas Berdych et le Canadien Milos Raonic, finaliste de Wimbledon, ont eux invoqué le virus Zika pour ne pas se rendre aux Brésil.

- Un boulevard pour Serena ? -

"Le virus a bon dos", estime Gilles Simon, opposé samedi à l'espoir croate Borna Coric. Le Français regrette l'absence de points ATP pour la compétition. Murray en 2012 et Rafael Nadal, quatre ans plus tôt, en avaient empoché 800, mais la règle a changé.

La participation de Nadal, qui n'a plus rejoué depuis sa blessure au poignet gauche fin mai à Roland-Garros, a longtemps été incertaine. Mais le nonuple lauréat des Internationaux de France, porte-drapeau de l'Espagne, s'alignera bien en simple et en double.

Le tournoi féminin a lui perdu deux de ses médaillées de 2012: la Bélarusse Victoria Azarenka (bronze) enceinte et la Russe Maria Sharapova (argent) suspendue pour dopage. Serena Williams a-t-elle pour autant un boulevard devant elle vers un deuxième titre consécutif?

Pas vraiment, car l'Allemande Angelique Kerber et l'Espagnole Garbine Muguruza, qui l'avait battue respectivement en finale de l'Open d'Australie et de Roland-Garros, comptent déjouer ses plans.

- Tsonga sur la route de Djokovic en quarts -

La N.1 mondiale tentera aussi de remporter un quatrième titre en double aux côtés de sa soeur aînée Venus.

Chez les Français, cela s'annonce compliqué en simple pour Tsonga, placé sur la route de Djokovic en quart de finale. Monfils, regonflé à bloc par son titre à Washington et sa demi-finale canadienne, pourrait affronter, à ce stade, le Croate Marin Cilic.

Pour les Françaises, la parcours risque de se corser dès le deuxième tour, surtout pour Alizé Cornet, placé sur la trajectoire de Serena.

En double, les plus grandes chances de médailles reposeront sur la paire Garcia/Mladenovic, lauréates de Roland-Garros, et le duo Nicolas Mahut/Pierre Hugues Herbert (N.1 et N.2 mondiaux), vainqueurs de l'US Open 2015 et du dernier Wimbledon.



jeudi 04 août 2016
15:54 - Jeux Olympiques : Mauresmo : "On porte l'espoir d'un pays" - TENNISACTU.NET


11:06 - Le bond de kangourou de Gigounon - DHNET.BE


mardi 02 août 2016
16:43 - JO-2016/Tennis: Stan Wawrinka, blessé, annonce son forfait pour Rio - RTLSPORT.BE


09:56 - WTA : Date Krumm : "Le tennis est devenu très physique" - TENNISACTU.NET


08:38 - JO-2016/Tennis: blessée, la Slovaque Dominika Cibulkova renonce aux Jeux - RTLSPORT.BE


lundi 01 août 2016
23:36 - JO-2016: Blessée, la Slovaque Dominika Cibulkova renonce aux Jeux - TENNISTEMPLE.COM
La Slovaque Dominika Cibulkova, 11e joueuse mondiale et finaliste de l'Open d'Australie 2014, a déclaré forfait pour le ...

dimanche 31 juillet 2016
22:37 - Toronto : Novak Djokovic décroche son 66e titre - DHNET.BE













tennis contact
Partenaires :  | Soccer Livescore  | Tennis  | patch pes  | Foot
Contact      | Mentions Légales     |  | Charte cookies     |  | © Copyright of LiveTennis.fr